Variole simienne

Ce qu'il faut savoir sur la variole simienne

Depuis le 12 mai 2022, la Direction régionale de santé publique de Montréal enquête sur des cas d'ulcérations orales et génitales inhabituelles reliés à la variole simienne sur l'Île de Montréal.

Les symptômes rapportés consistent principalement en des lésions cutanées au niveau de la bouche et des organes génitaux. Ces signes peuvent être précédés ou accompagnés de fièvre, de sueurs nocturnes, de maux de tête, de ganglions enflés ou de douleurs articulaires ou musculaires. Pour le moment, aucun cas investigué n'a été sévèrement malade.

La variole simienne se transmet lors de contacts étroits et rapprochés (peau à peau) avec des lésions cutanées, des muqueuses ou des sécrétions respiratoires d'une personne infectée. L'infection se transmet principalement lorsqu'une personne a des symptômes, et ce, jusqu'à ce que les lésions cutanées soient guéries (présence de peau neuve). Généralement, les premiers symptômes apparaissent dans les 5 à 7 jours suivant l'infection (jusqu'à 21 jours dans certains cas).

La maladie se résout d'elle-même en 2 à 4 semaines dans la majorité des cas. Des cas très rares de complications graves peuvent toutefois survenir.

Principaux symptômes compatibles ou répertoriés

  • Lésions sur la peau particulièrement au niveau de la bouche, des organes génitaux et de l'anus
  • Fièvre
  • Maux de tête
  • Démangeaisons
  • Grande fatigue
  • Sueurs, sueurs nocturnes
  • Ganglions enflés
  • Douleurs articulaires et musculaires

Vaccination contre la variole simienne

La vaccination contre la variole simienne, qui permet de réduire ou de prévenir l'apparition de symptômes, est actuellement offerte :

Aux personnes qui ont eu, au cours des 14 derniers jours :

  • un contact direct de la peau ou des muqueuses avec les lésions d'un cas symptomatique de variole simienne, par exemple, avoir eu des contacts sexuels
    OU
  • un contact direct de la peau ou des muqueuses avec des fluides corporels (gouttelettes salivaires ou respiratoires, exsudat de la plaie) d'un cas symptomatique de variole simienne, par exemple une éclaboussure dans un œil
    OU
  • un contact direct de la peau ou des muqueuses avec des surfaces et objets contaminés par les liquides biologiques d'un cas symptomatique de variole simienne, incluant les vêtements, les serviettes, la literie et les pansements souillés
    OU
  • un contact physique à moins d'un mètre durant au moins 3 heures (cumulatif sur 24 h) face à face sans le port d'un masque de type médical

Aux hommes (cis ou trans) qui ont ou auront des relations sexuelles à Montréal avec un homme (cis ou trans) :

  • autre qu'un partenaire sexuel unique régulier (c'est-à-dire avec entente d'exclusivité sexuelle)
    OU
  • dans un lieu de socialisation (ou un événement) avec sexualité sur place
    OU
  • en échange d'argent ou d'autres biens ou services (donnés ou reçus)

Aux travailleurs ou bénévoles dans un lieu de socialisation (ou un événement) avec sexualité sur place entre hommes (cis ou trans) à Montréal.

Quoi faire

Si vous présentez des symptômes compatibles avec la variole simienne, consultez rapidement un médecin ou l'infirmière ITSS de votre Ouvre un lien interne dans la fenêtre couranteCLSC.

Contactez le 1 833 390-0625, option 5, du lundi au vendredi de 8 h à 16 h ou, en dehors des heures ouvrables, contactez Info-Santé en composant le 811, si vous pensez :

  • Avoir été en contact avec un cas de variole simienne
  • Pouvoir bénéficier de la vaccination

Pour plus d'information et pour connaître le nombre de cas déclaré au Québec, /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextcliquez ici.

Les informations de cette page proviennent du /typo3conf/l10n/fr/rtehtmlarea/Resources/Private/Language/fr.locallang_accessibilityicons.xlf:external_link_new_window_altTextsite Internet de Santé Montréal. 

Vers le haut